Cabinet gynécologie Ste Maxime - IVG
RDV en ligne avec

Interruption de grossesse

Gynécologie

Interruption volontaire de grossesse

L'interruption Volontaire de grossesse est autorisée en France jusqu'à :

  • 14 semaines d'aménorrhée ( SA )
  • 7 semaines d'aménorrhée ( SA ) pour la pilule abortive

L'IVG peut être chirurgicale (instrumentale par aspiration) ou médicamenteuse. Jusqu'à sept semaines d'aménorrhées, les deux techniques sont utilisables indifféremment (mais on opte de plus en plus pour la méthode médicamenteuse, que beaucoup de femmes pensent moins traumatisante et moins invasive, même si le geste d'avaler les comprimés reste très personnel et délicat au niveau psychologique). Après sept semaines, l'aspiration est la technique de choix.

La méthode médicamenteuse

Possible jusqu'à 7 SA au delà il y a trop de risque d'échec.

Elle consiste à prendre :

  • 1 à 3 comprimés de Mifégyn qui arrête la grossesse 
    puis deux jours plus tard
  • 2 comprimés de Misoprostol qui entraine des contractions utérines et une fausse couche.

Le traitement médicamenteux associe la mifépristone (RU 486), à action antiprogestative, au misoprostol, analogue de la prostaglandine E1. L'association, prise par voie orale, à un succès de 95%[54]. Le protocole en France est généralement de 600mg de mifépristone, suivie 36 à 48h plus tard de 400µg de misoprostol.
Les principaux effets indésirables de l'association sont des saignements génitaux importants et des troubles digestifs divers.
L'association est à éviter en cas d'insuffisance rénale, hépatique, surrénalienne, d'asthme, de bronchite obstructive, d'anémie, de troubles de la coagulation, d'antécédent cardio-vasculaires. L'âge supérieur à 35 ans et le tabagisme exposent à des risques cardio-vasculaires. Il existe un risque malformatif sur le fœtus en cas d'échec de l'association pour une ivg (poursuite de la grossesse malgré le traitement)
En France, le médecin pratiquant des IVG médicamenteuses doit signer une convention avec un établissement de santé autorisé à pratiquer des IVG. L'IVG médicamenteuse nécessite au moins 4 consultations médicales (1° rendez-vous bilan, 2° rdv première prise, 3° rdv deuxième prise et 4° rdv contrôle 15 jours après) et la prise médicamenteuse s'effectue en présence du médecin ou d'une infirmière dans le cadre d'un centre d'orthogénie

La méthode médicamenteuse peut se faire à domicile.
Un délai de réflexion est OBLIGATOIRE .

La méthode n'est pas fiable à 100% (1 échec sur 10), un contrôle est donc obligatoire.
En cas d'échec, on ne peut pas revenir sur sa décision, une aspiration chirurgicale est nécessaire.

La méthode médicale

Elle consiste à aspirer le contenu de l'utérus c'est à dire l'œuf avec l'embryon par une canule introduite par le col de l'utérus sous Anesthésie Générale.

Il convient d'être hospitalisé au moins 4 heures.

L'Interruption ne peut se faire que si l'on voit l'œuf en échographie ( à partir de 5 SA ). Nous ne faisons pas d'interruption au delà de 10 SA par clause de conscience bien que la loi autorise l'interruption jusqu'à 14 SA.

Lois
  • Loi du 4 juillet 2001 relative à l'allongement du délai de l'IVG à douze semaine de grossesse, soit 14 semaines d'aménorrhée.
  • Loi Neiertz du 27 janvier 1993 prévoit un délit d'entrave à l'IVG.
  • Loi Roudy du 31 décembre 1982 prévoit le remboursement de l'IVG par la sécurité sociale, suivie d'une circulaire sur l'"obligation hospitalière" et la mise en place des Centres d'IVG.
  • Loi Simone Veil du 17 janvier 1975 légalise l'avortement en France à titre provisoire pour 5 ans. En 1979, la loi Pelletier est votée à titre définitif et augmente des peines pour les femmes et les médecins en cas d'IVG illégale.
    Art. 1er. - La loi garantit le respect de tout être humain dès le commencement de la vie. Il ne saurait être porté atteinte à ce principe qu'en cas de nécessité et selon les conditions définies par la présente loi. 
Décrets & arrêtés
  • Arrêté du 23 juillet 2004 relatif aux forfaits afférents à l'interruption volontaire de grossesse
  • Décret n° 75-353 du 13 mai 1975 portant application de l'article L162.4 CSP et relatif à l'IVG
  • Décret n° 75-750 du 7 août 1975 pris pour l'application de l'article L176 CSP
  • Décret n° 80-632 du 5 août 1980 instituant des sanctions pénales en matière d'IVG
  • Décision n° 94-343/344 DC du 27 juillet 1994 - Loi relative au respect du corps humain et loi relative au don et à l'utilisation des éléments et produits du corps humain, à l'assistance médicale à la procréation et au diagnostic prénatal
Xxx

Cabinet gynécologique obstétrique
Médecine esthétique
Stein, Lahaye & Ledu